Suivez-nous

Magazine Thermal

UN MARECHAL D’EMPIRE A AMELIE

Culture

UN MARECHAL D’EMPIRE A AMELIE

UN MARECHAL D’EMPIRE A AMELIE

Au XIXe siècle, les Thermes d’Amélie-les-Bains accueillent la grande bourgeoisie d’Empire, dont Achille Baraguey d’Hilliers (1795-1878), fameux Maréchal de France à la réputation pointilleuse.

 

Une carrière militaire exemplaire

Issu d’une famille bourgeoise de la région rouennaise, fils de Louis Baraguey d’Hilliers, comte de l’Empire et de Marie-Eve Zittier, Achille naît à Paris le 6 septembre 1795.

Escaladant rapidement les échelons, il participe à la campagne d’Espagne de 1823 à 1825 et commande de 1833 à 1841 l’Ecole Militaire de Saint-Cyr, avant d’entamer une carrière politique. Le 28 août 1853, il est fait Maréchal de France par Napoléon III. En 1859, il prend une part importante à la victoire de Solferino.

Le 6 juin 1878, il décède à Amélie-les-Bains dans sa résidence de cure. Il est enterré aux Invalides en gratification de sa brillante carrière militaire.

Une réputation qui perdure

De 1833 à 1841, alors qu’il commande l’Ecole de Saint-Cyr, le commandant Baraguey d’Hilliers s’y fait une réputation d’extrême sévérité, à tel point, qu’aujourd’hui encore, elle fait l’objet d’un rituel repris à chaque fin de promotion par les élèves officiers.
Le buste du maréchal, exposé en permanence dans les couloirs de l’Ecole, est déposé, en fin de promotion, sur le bureau du professeur qui aura été le plus « pointilleux » le gratifiant ainsi d’une récompense au goût amer pour l’heureux élu.

Le 6 juin 1878, le maréchal ne va pas faillir à sa réputation et va se l’appliquer à lui-même. Il a 83 ans et est encore plein de verdeur, mais ce matin du 6 juin il s’aperçoit qu’il s’est oublié, durant son sommeil, comme un enfant, au maillot ! N’admettant pas qu’un maréchal de France puisse ainsi déchoir, il envoie des cartes postales à tous ses collègues et aux veuves de ceux d’entre eux qui étaient morts et met froidement fin à ses jours dans la soirée !

Villa Saint-Valentin

Célibataire, le Maréchal Baraguey d’Hilliers n’a pas de descendance. C’est le diocèse de Perpignan qui achète cet hôtel particulier et confie, à l’abbé Bouzy, la gestion de cette grande demeure rebaptisée la Villa Saint-Valentin. Y sont admis tous les prêtres et clercs revêtus des ordres sacrés. La Villa possédait une chapelle intérieure, une bibliothèque, un salon avec piano, une salle de billard et un jardin.

Maintenant, cette demeure bourgeoise est, depuis quelques années, devenue le siège de l’Office de Tourisme d’Amélie-les-Bains. Sa façade richement ouvragée a été repeinte avec goût et la petite chapelle aujourd’hui désacralisée, abrite une association de peinture qui respecte ce lieu avec recueillement.

 

 

Patrick Fletcher, février 2018

Lire la suite
Ajouter un commentaire

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles dans la catégorie Culture

Haut