Suivez-nous

Magazine Thermal

TÉMOIGNAGE : MA CURE A LA PRESTE-LES-BAINS

Cure Thermale

TÉMOIGNAGE : MA CURE A LA PRESTE-LES-BAINS

TÉMOIGNAGE : MA CURE A LA PRESTE-LES-BAINS

Découvrez le témoignage d’une curiste lors de son premier séjour thermal à La Preste en août 2018 : « une station sympa et efficace ! »

Je m’appelle Marie-Jo et j’ai fait ma première cure à La Preste-les-Bains dans l’arrière-pays de Perpignan. J’ai choisi cette station, car j’ai des problèmes de poids et surtout de l’arthrose au niveau des genoux. J’ai ainsi pu concilier le traitement de ces deux soucis de santé, et j’en suis ravie !

J’ai 65 ans et j’ai longtemps reculé ma première cure. C’est ma gynéco qui m’en a parlé la première fois, en 2008. J’avais peur de m’ennuyer et je savais pas trop ce que ça m’apporterait. En 2018, j’ai finalement sauté le pas, après avoir essayé plusieurs régimes, toute seule, sans résultat.

Après être arrivée un mercredi soir en car (attention aux virages, La Preste ça se mérite !) depuis la gare TGV de Perpignan, avoir réglé les formalités administratives et écouté les indications pour le lendemain matin, je me suis installée dans ma chambre du Grand Hôtel avec vue sur la montagne avant d’aller déguster mon premier repas dîner (ils ont une cuisine minceur qui s’appelle « cuisine santé nature »).
Quel plaisir de découvrir un hôtel entièrement refait mais qui a su conserver son charme suranné ! On pense apercevoir derrière un fauteuil une robe à crinoline…
Avant de choisir le Grand Hôtel***, j’avais beaucoup hésité, car c’est un certain budget… Mais pour ma première cure, je voulais le plus de confort et de commodité possible. Il existe bien des meublés aux tarifs plus attractifs, mais je souhaitais aussi rencontrer du monde et ne pas me retrouver seule le soir dans mon studio. Et puis l’argument du régime minceur, alors que je venais pour maigrir m’a convaincue !

A la suite d’une bonne nuit de sommeil après le trajet depuis mon domicile en banlieue lyonnaise et un bon petit-déjeuner très copieux en buffet, je file chez le médecin thermal afin qu’il me prescrive les soins thermaux pour mes 18 jours de cure. J’avais pris mon rendez-vous à l’avance grâce à la liste des médecins présents sur le site internet de la Chaîne Thermale du Soleil. Les cabinets sont juste en face de l’hôtel ! La Preste a cet avantage : tout est à proximité. Il faut bien dire que c’est un tout petit village de montagne, alors tout est sur place, un peu comme un club de vacances.
Mon ordonnance en poche, je continue par le service planification au rez-de-chaussée de l’hôtel pour obtenir le sésame, la fameuse carte de cure, pour connaître le planning de mes soins. Pour une première cure en RH et AU (rhumato + métabolisme), toutes ces démarches sont un peu pesantes, mais se déroulent sans accroc et toujours avec des personnes aimables et souriantes, qui prennent le temps de m’expliquer et de me rassurer heureusement. Rien que leur accent du Sud fait chaud au cœur !

D’après ma carte de cure, je dois commencer les soins à 10h00, j’enfile mon peignoir dans ma chambre et… grand confort je prends l’ascenseur pour me rendre aux thermes. Un accès direct très pratique qui m’a mis dans de bonnes dispositions pour commencer mes soins.
Comme il s’agissait de ma première cure, j’étais un peu stressée… Une charmante jeune femme m’attendait et m’a expliqué le parcours de soins. Les thermes sont de petite dimension, je me suis repérée assez vite !

Me voilà donc partie pour mon 1er soin, la douche au jet. L’agent thermal m’a expliqué le soin à la fois ciblé sur les articulations, mais également sur les « poignées d’amour », le ventre (à la ménopause, le gras s’y est installé, malgré mes efforts), les cuisses et les fesses. J’enchaîne ensuite avec le bain hydromassant dans le même couloir, et une douche oscillante.
Puis, je me dirige vers la piscine, pour une séance d’exercices avec un kiné. Quelle belle piscine ouverte sur la montagne, on profite du soleil en faisant notre « sport ». Après le sport, le réconfort : 10 minutes de jet sous-marin, que je laisse aller sur mon dos et sur les parties où je veux déstocker la graisse, comme me l’a dit la dame qui m’a expliqué les soins. Je termine par les cataplasmes de kaolin, 5 coussins de boue chaude dont 2 posés sur mes genoux ce qui me fait le plus grand bien.
Et voilà j’ai survécu à mes premiers soins ! Il ne me reste plus qu’à changer d’étage et aller à la salle des fontaines pour boire l’eau thermale dans une belle salle en marbre rose et me reposer de mes premières émotions.
Je regagne ma chambre pour me refaire une beauté avant le repas de midi. J’ai pris la pension complète, toujours dans l’optique de perdre du poids. Le restaurant propose un menu minceur qui change à tous les repas. 1 200 calories par jour ; c’est 600 calories de moins que ce que je mange habituellement chez moi, en faisant des efforts … et en plus, c’est vraiment délicieux, surtout le dessert ! Je suis contente d’avoir fait l’effort financier et choisi l’hôtel !

Un grand soleil me fait de l’œil après ma sieste, et je pars au point d’informations pour découvrir les multiples randonnées avec différents niveaux que je pourrais entreprendre dans les prochains jours afin d’éliminer mes kilos. Je n’ai jamais aimé les séances d’abdo-fessiers (souvenez-vous, les années 80 !), mais j’adore marcher. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai choisi le centre de La Preste, malgré sa situation un peu reculée : les nombreuses randos et le fait que ce soit comme un grand centre pour perdre du poids, loin des tentations … je voulais me donner toutes les chances pour que ça marche.
Le lendemain, mon programme complémentaire « perte de poids » commence. Il s’ajoute à la cure sans remboursement, mais ce n’est pas très cher (185 € pour 3 semaines) et le contenu des soins et l’accompagnement m’avaient paru, lors de la réservation, encore plus efficaces que la cure seule : bilan nutritionnel, cours de cuisine, activités sportives encadrées, … et surtout l’accès à la salle de fitness ! Je ne suis pas sûre d’y aller tous les jours,  mais je verrai comment j’alterne avec la marche, et puis, je suis vraiment motivée …

En attendant, je me rends à la bibliothèque entre les deux salons du Grand Hôtel pour trouver un bon roman, que je déguste sur la terrasse face à la montagne.
Le soir tombe et l’heure du dîner se fait sentir. Comme tout le monde se dirige vers la grande salle de restaurant, j’en profite pour lier connaissance avec Christine et Jean-Jacques, un couple de curistes de l’Orne que j’avais « repéré » la veille. Bonne idée qui m’a permis dans les jours qui ont suivi de partir en excursions avec eux, et de partager les trois soirées thématiques animées organisées par l’hôtel.
Encore une bonne nuit de repos sans un bruit, et mon rythme était pris pour les 20 jours suivants. Pas le temps de s’ennuyer et de belles rencontres !

Outre un accueil convivial, une bienveillance naturelle du personnel, les soins thermaux et les activités complémentaires ont été très efficaces. A l’arrivée, l’infirmière m’avait pris mon poids. A la fin de la cure, j’avais perdu un peu plus de 4 kilos … pas mal pour un début, surtout que j’ai pris du muscle avec le sport. Cet hiver, j’ai moins pris d’anti-douleurs pour mes genoux, et je n’ai pas regrossi. Afin de continuer les efforts et parce ça marche vraiment bien sur mes douleurs, j’y retourne en 2019 ! Et je vais revenir au Grand Hôtel … on s’y retrouve début août, avec Christine et son mari.

Voir la vidéo de présentation de la station

Propos recueillis en septembre 2018 par Marie Terver.
Nous remercions vivement Marie-Jo pour son temps et son enthousiasme.

Lire la suite
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. LUCETTE BRENIER

    7 mars 2019 à 19 h 01 min

    Je suis entièrement d’accord avec Marie-Jo. J’ai 75 ans, et y vient depuis plusieurs années.
    Cet établissement est à recommandé : de par sa situation et aucune tentation !!!!!!
    De plus par la qualité de ses soins, également pour les PROBLEMES URINAIRES.
    Après des infections à répétition durant plusieurs années, celles-ci ont disparues
    totalement : plus d’antibiotiques.
    Je précise que pour ces problèmes, les médecins ne veulent pas prescrire de cure : c’est inadmissible.
    Je continue à LA PRESTE également pour l’Arthrose : très peu de médicaments.
    c’est très bien pour l’état Général après un cancer.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles dans la catégorie Cure Thermale

Haut