Suivez-nous

Magazine Thermal

Magazine Thermal

LA MÉDECINE THERMALE, C’EST AUSSI POUR LES ACTIFS

Actus

LA MÉDECINE THERMALE, C’EST AUSSI POUR LES ACTIFS

LA MÉDECINE THERMALE, C’EST AUSSI POUR LES ACTIFS

La médecine thermale s’adresse traditionnellement aux patients atteints de maladies chroniques, dont la fréquence augmente avec l’âge, notamment pour la pathologie la plus fréquente, l’arthrose.
Aussi, un grand nombre de séniors (patients de plus de 60 ans) profitent des bienfaits des cures thermales : soulagement de la douleur, réduction de la raideur articulaire et augmentation de la mobilité, augmentation du périmètre de marche et de l’autonomie, réduction de la consommation médicamenteuse et amélioration de la qualité de vie, pour ne citer que les bénéfices les plus patents.
Mais, la médecine thermale concerne un nombre de plus en plus important de patients actifs, parfois très jeunes, dès l’enfance, ou moins jeunes mais exerçant une activité professionnelle.

Quels sont ces actifs concernés ?


// Les personnes souffrant de maladies chroniques

Il faut rappeler que les pathologies chroniques surviennent souvent bien avant 60 ans.
Pour rester dans ce seul domaine de l’arthrose, sa survenue peut débuter dès l’âge de 20 à 30 ans.
Il en va de même des pathologies chroniques invalidantes, comme le surpoids et l’obésité, le diabète, les maladies rhumatismales inflammatoires, certaines affections neurologiques et neuro-musculaires (Sclérose en Plaques et AVC), urologiques (Cystites répétitives) et gynécologiques, qui touchent des personnes jeunes comme bien d’autres affections handicapantes comme les cancers (qui doivent être en rémission pour être autorisés à suivre une cure thermale).
Sans oublier les pathologies environnementales, allergiques, comme l’asthme qui débute dès la petite enfance, ou encore un grand nombre d’affections dermatologiques, comme la dermite atopique, par exemple, pour lesquels la médecine thermale agit en réduisant les handicaps ou, dans le cas de l’asthme, en accélérant sa guérison de façon spectaculaire.

// En prévention, intervention précoce des risques

Egalement, on insiste aujourd’hui pour les maladies chroniques (dont on ne peut guérir, mais que l’on peut soulager) sur la notion de prévention et d’intervention précoce avant que les handicaps ne soient très, trop lourds. On oublie trop souvent le rôle préventif des cures thermales qui permettent de réduire les risques d’aggravation, d’éduquer et informer les patients sur les conduites à tenir optimales pour réduire le handicap, vivre avec de façon autonome, retarder l’aggravation.

C’est à l’âge où l’on est jeune et actif que l’on prépare une retraite plus heureuse, moins invalidante. C’est à cet âge qu’il faut penser aux bienfaits des cures thermales.

// Les retraités actifs

Enfin, le nombre de retraités poursuivant une activité est de plus en plus élevé, et comment ne pas souhaiter que ce phénomène s’amplifie tant il est essentiel de garder un rôle social au sein de notre société pour garder le sentiment de responsabilité et de reconnaissance de son utilité. Certains trouvent cet avantage en s’occupant activement de leurs petits–enfants, et c’est une bonne chose pour tous, de maintenir un lien intergénérationnel. Ce phénomène va aller en s’amplifiant, car nous allons vivre et devront travailler plus longtemps pour nous payer notre retraite, sujet ô combien d’actualité.

Comment bénéficier d’une cure thermale tout en poursuivant une activité professionnelle ?


Des cures dites « nocturnes » sont réservées aux actifs généralement deux fois par an à des dates prédéterminées dans la majorité des établissements de la Chaîne Thermale du Soleil.

Elles leurs permettent de bénéficier après leur temps d’activité professionnelle, entre 17 heures et 22 heures, des mêmes soins thermaux dans les mêmes locaux que ceux d’une cure thermale diurne de 18 jours, remboursés dans les mêmes conditions par la Sécurité Sociale.

Ces soins sont délivrés tous les jours de la semaine hors le dimanche et parfois aussi le samedi sur une période continue de 3 semaines ou 3 semaines et demie. La seule contrainte en dehors d’exercer conjointement une activité professionnelle est de se trouver à proximité de l’établissement thermal, au plus à 30-45 minutes, exceptionnellement une heure. En effet, les temps de déplacement pour rejoindre l’établissement thermal, puis le domicile ne doivent pas être trop longs.
Elles sont très prisées et connaissent un succès qui se confirme d’année en année commandant de les réserver plusieurs mois à l’avance…

Egalement, pour les actifs économes de leur temps et dont les domiciles et/ou lieux de travail sont éloignés des établissements thermaux, il existe la possibilité de bénéficier des mêmes soins thermaux que ceux d’une cure thermale traditionnelle. Les soins peuvent être concentrés sur des périodes de temps plus courtes, 6 ou 12 jours, appelées « Mini-cures », sans toutefois pouvoir bénéficier du remboursement de ces soins par la Sécurité sociale.

Alain Garcia, novembre 2019

Lire la suite
Ajouter un commentaire

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles dans la catégorie Actus

Haut